Monday, November 22, 2010

Il processo di Norimberga (1945-1946) è il crimine dei crimini


“Giusta” o “ingiusta” ogni guerra è una carneficina.
Il vincitore è un buon carneficine.
Il vinto è un meno buono carneficine.
Il vincitore può offrire al vinto una lezione di carneficina.
Egli non può impartirgli lezioni di diritto, di giustizia o di verità.
È proprio ciò che hanno fatto i vincitori del 1945.
Nel 1945-1946, al processo di Norimberga, i quattro vincitori si sono eretti a giudici del vinto; essi l’hanno dichiarato colpevole e l’hanno castigato.
L’hanno castigato per crimini contro la pace, crimini di guerra e crimini contro l’umanità ed essi stessi si sono considerati innocenti di siffatti crimini [1].
Orbene, prima o durante la guerra, i vincitori hanno commesso tali crimini.
Successivamente, dopo la guerra, ne hanno commesso ancora altri: esecuzioni sommarie, deportazioni di circa dodici milioni di Tedeschi, furti e saccheggi giganteschi (oro, argento, platino, beni bancari, opere d’arte, brevetti, smantellamento di fabbriche), amputazione d’un terzo del territorio del paese, smembramento del rimanente in quattro parti, occupazione militare con esercizio della legge marziale, l’impossessarsi della radio e dei giornali, propaganda hollywoodiana o staliniana a base di racconti di atrocità totalmente inventate (“camere a gas”, “camere a vapore”, “camion a gas”, “vagoni a gas”; pretesi assassinii collettivi per annegamento, calce viva, elettricità, ...); creazione di un fenomeno di isteria collettiva basato sul pentimento di cui il vinto, assalito col passar del tempo d’un furore di auto-accusarsi, sposa la causa del suo vincitore, si convince di appartenere ad una razza di criminali nati, si getta nel servilismo e prova odio per chi l’invita a calmarsi, a riflettere, ad osservare da vicino se ciò che gli si è così inculcato è esatto o no.
Questi crimini del dopoguerra, il vincitore è stato lui solo a commetterli dal momento che il vinto, da parte sua, si trovava in uno stato di totale sottomissione, mani e piedi legati, in un paese devastato.
In sé, il processo di Norimberga è stato un crimine contro la pace, un crimine di guerra ed un crimine contro l’umanità.

-      Il processo di Norimberga è stato un crimine contro la pace perché, secondo le stesse parole del suo principale organizzatore, il procuratore americano Jackson, esso è stato “una continuazione degli sforzi bellici delle Nazioni alleate”; si è trattato di una guerra combattuta contro un avversario disarmato; sessantacinque anni dopo, i vincitori non hanno ancora accettato di firmare un trattato di pace con il vinto.
-      Il processo di Norimberga è stato un crimine di guerra perché ha permesso di impiccare dei prigionieri e, sessantacinque anni dopo, questo tipo di processo, iniquo ed a senso unico, più o meno, continua.
-      Il processo di Norimberga è stato un crimine contro l’umanità perché ha permesso di mettere un intero paese al bando delle nazioni civili, al bando dell’umanità; sessantacinque anni dopo la fine di un conflitto, il vinto resta nella posizione del colpevole; i suoi crimini contro l’umanità sono dichiarati imprescrittibili. Quelli dei vincitori non sono stati giudicati e mai lo saranno. L’innocenza dei vincitori è imprescrittibile.

Nel 1945-1946, il processo di Norimberga ha dato il via a innumerevoli crimini che continuano fino ad oggi con i processi dei pretesi “criminali di guerra nazisti”, con i processi dei pretesi “complici dei criminali di guerra nazisti”, altresì con i processi dei revisionisti che sono assimilati ai “criminali di guerra nazista” perché essi chiedono, per l’appunto, la revisione del processo di Norimberga.
Nella sua sostanza, il processo di Norimberga ha avuto dei precedenti nella storia e ciascuno sa che, da sempre, la giustizia si è sdraiata nel letto del vincitore, ma per le sue conseguenze e grazie, in particolare, alle capacità dell’indottrinamento proprie del nostro tempo, esso ha insistito nel crimine.
Sarà stato e resta il crimine dei crimini, da quando esistono gli uomini, e da quando questi uccidono [2].

(Versione rivista e aggiornata, il 22 novembre 2010, d’un articolo apparso il 16 gennaio 1997)

Traduzione a cura di Germana Ruggeri

Note

[1] Inoltre, il vinto è stato punito per aver commesso questi tre crimini nell’ambito di un quarto crimine, quello di “complotto”.
[2] Vedete, di Carlos Porter, la brochure Non coupable au procès de Nuremberg, in cui l’autore tratta anche del processo di Tokyo. Altrettanto aberrante nel suo fondamento come il processo di Norimberga, quello di Tokyo ha lasciato trasparire meno cinismo, meno odio e meno fanatismo; il giudice indiano, da parte sua, è potuto andare, ufficialmente, perfino ad esprimere e rendere esplicito, non senza una rimarchevole ampiezza di vedute, il suo disaccordo con il fondamento stesso del processo. Al processo di Norimberga, processo essenzialmente giudeo-americano, le organizzazioni ebraiche sono state parte pregnante e hanno lasciato il segno della loro impronta.

Le procès de Nuremberg (1945-1946) est le crime des crimes


« Juste » ou « injuste », toute guerre est une boucherie. 
Le vainqueur est un bon boucher. 
Le vaincu est un moins bon boucher. 
Le vainqueur peut donner au vaincu une leçon de boucherie. 
Il ne saurait lui administrer des leçons de droit, de justice ou de vertu.
C'est pourtant ce qu'ont fait les vainqueurs de 1945.
En 1945-1946, au procès de Nuremberg, les quatre vainqueurs se sont institués juges du vaincu ; ils l'ont déclaré coupable et l'ont châtié. 
Ils l'ont châtié pour crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité et ils se sont eux-mêmes tenus pour innocents de tels crimes [1].
Or, avant ou pendant la guerre, les vainqueurs ont commis de tels crimes. 
Puis, après la guerre, ils en ont commis d'autres encore : exécutions sommaires, déportations d'environ douze millions d'Allemands, vols et pillages gigantesques (or, argent, platine, avoirs bancaires, œuvres d'art, brevets d'invention, démantèlement d'usines), amputation d'un tiers du pays, dépeçage du reste en quatre parties, occupation militaire avec exercice de la loi martiale, mainmise sur la radio et les journaux, propagande hollywoodienne ou stalinienne à base de récits d'atrocités totalement inventées (« chambres à gaz », « chambres à vapeur », « camions à gaz », « wagons à gaz » ; prétendus assassinats collectifs par noyade, chaux vive, électricité,...) ; fabrication d'un phénomène d'hystérie collective à base de repentance où le vaincu, pris avec le temps d'une fureur d'auto-accusation, épouse la cause de son vainqueur, se convainc d'appartenir à une race de criminels nés, se rue dans la servitude et se prend de haine pour qui l'invite à se calmer, à réfléchir, à voir de près si ce qu'on lui a ainsi inculqué est exact ou non.    
Ces crimes d'après la guerre, le vainqueur a été le seul à les commettre puisque le vaincu, pour sa part, se trouvait dans un état de totale soumission, pieds et poings liés, dans un pays dévasté.
A lui seul, le procès de Nuremberg a été un crime contre la paix, un crime de guerre et un crime contre l'humanité. 
– Le procès de Nuremberg a été un crime contre la paix en ce que, selon les propres mots de son principal organisateur, le procureur américain Jackson, il a été « une continuation de l'effort de guerre des Nations alliées » ; il s'est agi là d'une guerre menée contre un adversaire désarmé ; soixante-cinq ans après, les vainqueurs n'ont toujours pas accepté de signer de traité de paix avec le vaincu. 
– Le procès de Nuremberg a été un crime de guerre en ce qu'il a permis de pendre des prisonniers et, soixante-cinq ans après, ce type de procès, inique et à sens unique, peu ou prou, continue. 
– Le procès de Nuremberg a été un crime contre l'humanité en ce qu'il a permis de mettre tout un pays au ban des nations civilisées, au ban de l'humanité ; soixante-cinq ans après la fin du conflit, le vaincu reste dans la posture du coupable ; ses crimes contre l'humanité sont déclarés imprescriptibles. Ceux des vainqueurs n'ont pas été jugés et ne le seront jamais. L'innocence des vainqueurs est imprescriptible.
En 1945-1946, le procès de Nuremberg a donné le signal de crimes innombrables qui continuent jusqu'à ce jour avec les procès des prétendus « criminels de guerre nazis », avec les procès des prétendus « complices des criminels de guerre nazis », avec, aussi, les procès des révisionnistes qu'on assimile aux « criminels de guerre nazis » parce qu'ils demandent, précisément, la révision du procès de Nuremberg.
En son essence, le procès de Nuremberg a eu des précédents dans l'histoire et chacun sait que, de tout temps, la Justice a couché dans le lit du vainqueur, mais, par ses conséquences et grâce, en particulier, aux capacités d'endoctrinement propres à notre temps, il a innové dans le crime.
Il aura été et il reste le crime des crimes, depuis qu'il y a des hommes, et qui tuent [2].
               (Version revue et mise à jour, le 22 novembre 2010, d'un article paru le 16 janvier 1997)

Notes
[1] En outre, le vaincu a été châtié pour avoir commis ces trois crimes dans le cadre d'un quatrième crime, celui de « complot ».


[2] Voyez, de Carlos Porter, la brochure Non coupable au procès de Nuremberg, où l'auteur traite aussi du procès de Tokyo. Tout aussi aberrant dans son principe que le procès de Nuremberg, celui de Tokyo a laissé paraître moins de cynisme, moins de haine et moins de fanatisme ; le juge indien, pour sa part, a pu aller, de manière officielle, jusqu'à exprimer et expliciter, non sans une remarquable hauteur de vue, son désaccord avec le principe même du procès. Au procès de Nuremberg, procès essentiellement judéo-américain, les organisations juives ont été partie prenante et ont laissé la marque de leur empreinte.

The Nuremberg trial (1945-1946) is the crime of crimes


“Just” or “unjust”, every war is a butchery.
The winner is a good butcher.
The loser is not as a good a butcher.
The winner can perhaps give the loser a lesson in butchery.
He should not administer lessons of law, justice or virtue to him.
Yet that is what the winners of 1945 did.
In 1945-1946, at the Nuremberg trial, the four victors of the recently ended war instituted themselves as judges of the vanquished, whom they found guilty, and punished.
They punished him for crimes against peace, war crimes and crimes against humanity, and they held themselves innocent of such crimes [1].
However, before or during the war, the victors committed such crimes.
Then, after the war, they committed still others: summary executions, deportations of about twelve million Germans, gigantic thefts and looting (of gold, silver, platinum, bank holdings, artwork, scientific patents, industrial facilities), the amputation of a third of the country and splitting of the remainder into four parts, military occupation with the implementation of martial law, takeover of radio stations and newspapers imposing either Hollywood-style or Stalinist propaganda grounded in stories of wholly invented atrocities (“gas chambers”, “steam chambers”, “gas vans”, “gas carriages”, alleged mass killings by drowning, with quicklime or electricity,...) fabricating a phenomenon of mass hysteria based on repentance where the vanquished, becoming after time possessed by a fury of self-accusation, espouses the cause of his conqueror, convinces himself that he belongs to a race of born criminals, runs headlong into servitude and is taken with hatred for whoever suggests that he calm down, reflect a bit, look closely to see whether that with which he has been inculcated is true or not.
Those crimes of after the war were committed solely by the winner, as the loser for his part found himself in a state of total submission, bound hand and foot in a devastated country.
In itself, the Nuremberg trial was a crime against peace, a war crime and a crime against humanity.
– The Nuremberg trial was a crime against peace insofar as, in the very words of its main organiser, the American prosecutor Jackson, it was “a continuation of the war effort of the Allied nations”; it thus amounted to a war waged against a disarmed opponent; sixty-five years later, the victors have still not seen fit to sign a peace treaty with the vanquished.
– The Nuremberg trial was a war crime in that it allowed the winners to hang prisoners, and, sixty-five years later, this type of trial, iniquitous and one-sided, to a greater or lesser degree continues.
– The Nuremberg trial was a crime against humanity in that it allowed the winners to put an entire country beyond the pale of civilised nations, beyond the pale of humanity; sixty-five years after the end of the conflict, the loser still stands as a guilty party; there is no statute of limitations on his crimes against humanity. Those of the winners have not been tried and never will be. The winners’ innocence is to stand for all time.
In 1945-1946, the Nuremberg trial gave the signal for countless crimes that continue to this day with trials of alleged “Nazi war criminals”, trials of alleged “accomplices of the Nazi war criminals” and, also, trials of revisionists, who are likened to “Nazi war criminals” because they seek, precisely, a revision of the Nuremberg trial.
In its essence, the Nuremberg trial has precedents in history and everyone knows that Justice has always lain down in the winner’s bed but, by its consequences, and thanks especially to the capacities of indoctrination peculiar to our age, it has broken new ground in crime.
It will have been, and remains, the crime of crimes, ever since there have been men who kill [2].

January 16, 1997  



         (Revised and updated November 22, 2010)



[1] In addition, the vanquished was punished for having committed those three crimes within the framework of a fourth crime, that of “conspiracy”.
[2] See, by Carlos Porter, the brochure Not Guilty at Nuremberg (http://www.zundelsite.org/english/porter/English.pdf), wherein the author also deals with the Tokyo trial. As much an aberration in its premise as the Nuremberg trial, that of Tokyo let show less cynicism, hatred and fanaticism; the Indian judge, for his part, was able to go so far as to express and explain, in an official manner and not without a remarkably broad view of things, his disagreement with the very principle of the trial. At Nuremberg, essentially a Judeo-American trial, Jewish organisations were an interested party, and they left their distinctive stamp on proceedings.

Monday, November 15, 2010

Un révisionniste se doit d’user du tribunal comme d’une tribune


Privé partout ailleurs du droit de s’expliquer librement, le révisionniste ne doit pas hésiter, le cas échéant, à user d’un tribunal comme d’une tribune afin d’y exposer la méthode scientifique qu’il a suivie dans ses recherches et les conclusions historiques auxquelles il est parvenu. De leur côté, avant d’être des pratiquants du droit, les juges sont d’abord des hommes ou des femmes qui, même s’ils sont astreints à observer les usages d’une caste et à préserver un tabou, ne sont pas tous indifférents à la raison, au sens commun, à la démonstration logique, à la solidité d’une argumentation. S’ils sont conduits à penser : « Nous nous trouvons devant un justiciable qui, au contraire de la réputation qu’on lui a faite, semble des plus sérieux », il leur sera difficile, s’ils veulent à la fin condamner ce justiciable, de lui infliger, dans la panoplie des sanctions possibles, une peine de prison ferme ainsi que la lourde peine financière de l’amende, des dommages et intérêts, des publications judiciaires forcées et des frais de toutes sortes. En revanche, si le révisionniste se présente à son procès et, une fois sur place, décide de ne rien ou quasiment rien exprimer de son révisionnisme, il court le risque de se voir juger et condamner comme un individu soupçonné par les juges de s’être tu parce qu’il était le premier à savoir que sa thèse était insoutenable. En France comme à l’étranger, des juges ont manifestement été ébranlés par la solidité de l’argumentation révisionniste. En 2000, à Londres, au terme d’un procès intenté pour diffamation par le semi-révisionniste David Irving, le juge Charles Gray en est venu à confesser ingénument sa surprise d’avoir, contre toute attente, découvert le peu de preuves sur lequel reposait l’affirmation de l’existence de chambres à gaz nazies à Auschwitz. Dans son très long jugement du 11 avril 2000, qui s’achèvera sur le rejet de la plainte d’Irving, il est allé jusqu’à écrire : « Je dois avouer que, comme, je pense, presque tout le monde, j’avais supposé que le matériel prouvant l’extermination massive de juifs dans les chambres à gaz d’Auschwitz était imparable. Pourtant, j’ai rejeté cette idée préconçue quand j’ai pesé le pour et le contre du matériel que les parties ont présenté au cours des débats » (« I have to confess that, in common with most other people, I had supposed that the evidence of mass extermination of Jews in the gas chambers at Auschwitz was compelling. I have, however, set aside this preconception when assessing the evidence adduced by the parties in these proceedings », paragraphe 13.71 du texte de Ch. Gray, consultable à http://www.focal.org/judg.html). Il faut dire que l’expert en « Holocauste » témoignant contre D. Irving n’était autre que Robert Jan van Pelt, « sorte de sous-Pressac » comme je l’ai toujours appelé, qui, comme Jean-Claude Pressac l’avait précisément fait le 15 juin 1995, allait signer un acte de capitulation, le 27 décembre 2009, en déclarant qu’il était inutile de dépenser des fortunes pour la conservation d’Auschwitz puisque, aussi bien,  « Pour quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ce que nous savons [d’Auschwitz] nous n’avons pas en fait la preuve physique » (« Ninety-nine percent of what we know we do not actually have the physical evidence to prove » ; http://www.thestar.com/news/insight/article/742965--a-case-for-letting-nature-take-back-auschwitz).
   

Personnellement, dès le début des procès pour révisionnisme où j’ai été impliqué, directement ou indirectement, soit en France, soit à l’étranger, j’ai eu tendance à me servir ainsi du tribunal comme d’une tribune, au risque parfois de provoquer un manifeste sentiment d’inconfort chez l’avocat qui m’assistait, la mauvaise humeur du président ou la fureur de la partie adverse. Dans le texte qu’on lira ci-dessous j’évoque « le grand procès de 1981-1983 » où, à Paris, sur le strict plan du débat historique et scientifique, nos adversaires ont vu se confirmer leur impuissance et notre force. 

Ils s’en étaient déjà fait une idée auparavant lors d’une sorte de débat qui s’était instauré dans le journal Le Monde sur le problème des chambres à gaz (décembre 1978-février 1979), puis, lors d’un colloque international qu’ils avaient imprudemment organisé à la Sorbonne contre les révisionnistes sur la politique d’extermination des juifs par le IIIe Reich (29 juin-2 juillet 1982). Dans le premier cas, j’avais demandé comment, techniquement, aurait pu fonctionner une « chambre à gaz nazie » ; en particulier, j’avais exigé qu’on m’explique comment, jour après jour, à Auschwitz-Birkenau, juste après le gazage de 3 000 juifs, une équipe de juifs aurait pu, « sur-le-champ [sic] », pénétrer dans un océan de gaz cyanhydrique pour y manipuler à grand ahan des cadavres hautement cyanurés, et donc… rendus intouchables. Trente-quatre universitaires ou chercheurs, dont Léon Poliakov, Pierre Vidal-Naquet et Fernand Braudel, avaient fini par signer une pitoyable « déclaration d’historiens » s’achevant sur la conclusion suivante : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu » (Le Monde, 21 février 1979, p. 23). Quant au colloque de la Sorbonne, il avait fourni à Arno Mayer, professeur à l’Université de Princeton et d’origine juive, l’occasion de jeter le trouble parmi les siens ; pour autant qu’on puisse le savoir, il avait, déjà à cette époque, manifesté un scepticisme qui, six ans plus tard, en 1988, allait le conduire à écrire : « Les sources pour l’étude des chambres à gaz sont à la fois rares et douteuses » (« Sources for the study of the gas chambers are at once rare and unreliable », The “Final Solution” in History, New York, Pantheon Books, p. 362). Au terme des débats, lors d’une conférence de presse, les deux organisateurs du colloque, Raymond Aron et François Furet, avaient dû en convenir piteusement : « Malgré les recherches les plus érudites [sic] on n’a pu découvrir aucun ordre de Hitler de tuer les juifs » ; et, pas même d’un mot, ils n’avaient mentionné les armes de destruction massive prétendument utilisées à Auschwitz ou ailleurs, c’est-à-dire les magiques « chambres à gaz » ou les introuvables « camions à gaz ». 

Ce sont ces défaites successives et quelques autres encore dans les années suivantes, à Paris ou à Toronto, qui ont conduit, à partir de 1986, Pierre Vidal-Naquet et ses pareils à réclamer contre le révisionnisme une loi spécifique. Cette loi de circonstance, publiée au Journal officiel de la République française le 14 juillet 1990, allait prendre le nom de « loi Gayssot » ou, plus proprement, de « loi Fabius-Gayssot ».

Mais même cette loi, conçue pour brider les juges, n’a pas pour autant conduit ces derniers à bâillonner les révisionnistes dans le prétoire comme l’usage s’en est malheureusement établi en Allemagne et en Autriche. Les révisionnistes se doivent donc, quand ils comparaissent à la barre, de parler haut et fort en toute sérénité et avec la tranquille conviction que leurs arguments sont décidément imparables. Les procès qu’on leur intente peuvent leur valoir, dans l’enceinte même d’un palais de justice, et surtout à Paris, des cris, des invectives, des crachats, des coups et blessures. Mais il vaut la peine d’affronter ces épreuves, de tenir tête à la meute et de défendre sans concession et sans mollesse la plus honorable des causes, celle de la salutaire révision de l’histoire du prétendu « Holocauste des juifs ». L’expérience l’a prouvé, c’est devant les juges et au terme de ces procès infâmes que les révisionnistes ont remporté quelques-unes de leurs plus importantes victoires. 

Il se trouve que, récemment, une journaliste d’origine française, qui prépare pour une chaîne de télévision étrangère un documentaire sur le révisionnisme, est venue avec son collaborateur me rendre visite à domicile. Quelque temps après l’enregistrement de séquences filmées à l’intérieur et à l’extérieur, cette journaliste m’a demandé un complément d’information sur les nombreux procès qui m’ont été intentés et sur les quelques procès qu’il m’a fallu, à mon tour, intenter (soit pour diffamation, soit pour obtenir un droit de réponse). Elle comprenait sans doute que, dans un débat historique totalement faussé où seuls les tenants de « l’Holocauste » ont le droit de présenter leurs arguments au public, ces procès avaient servi de tribune aux révisionnistes. De fait, pour ne prendre que cet exemple, les procès intentés à Toronto par des juifs canadiens à Ernst Zündel en 1985 et en 1988 ont permis aux révisionnistes d’anéantir successivement l’expert numéro 1 de « l’Holocauste », l’historien Raul Hilberg, le témoin numéro 1, Rudolf Vrba et d’autres représentants encore d’une thèse mensongère. En de telles circonstances, il aurait été désastreux pour les chercheurs révisionnistes de pratiquer la politique, si tentante, de la chaise vide et de ne laisser s’exprimer que les religionnaires de « l’Holocauste ». De la même façon, les procès intentés à des révisionnistes français, depuis 1979 et jusqu’à nos jours, à Paris ou en province, par des organisations ou des individualités juives, ont tourné à la confusion d’un Pierre Vidal-Naquet, d’un Georges Wellers, ou encore d’un Jean-Claude Pressac, porte-parole de Serge Klarsfeld. Mes adversaires m’ont parfois décrit comme « une bête de prétoire », se portant hardiment « à la barre, sa seule tribune » (Michaël Prazan, Adrien Minard, Roger Garaudy, Itinéraire d’une négation, Paris, Calmann-Lévy, 2007, p. 391). Effectivement, privé de toute tribune publique, j’avais conscience de ne pouvoir défendre la cause révisionniste « devant le peuple français » que dans l’enceinte d’un tribunal ou d’une cour d’appel de la République. Et je ne voyais pas pourquoi je l’aurais fait la tête basse.

J’ai répondu à la journaliste qu’il m’était impossible de lui communiquer la masse considérable des dossiers afférents à mes procès mais, désireux de lui en fournir une vue d’ensemble ou un résumé, je lui ai adressé le message qu’on lira ci-dessous. Comme on le verra, tout compte fait, je me demande si le plus emblématique de tous ces procès n’aura pas été, parmi les tout premiers, celui qui a pris fin sur l’arrêt du 26 avril 1983. D’une certaine façon, dans mon propre cas, ce procès-là aura d’avance contenu tous les procès qui lui succéderont.


Message à Madame… , journaliste, sur mes procès

Chère Madame,

Je suis submergé de travail. Je ne peux que vous renvoyer à ce qu’il est convenu d’appeler mon « grand procès », c’est-à-dire le procès qui m’a été intenté en 1979 par neuf associations, principalement juives, pour « dommage à autrui par falsification de l’histoire ».

J’ai certes été condamné pour « dommage à autrui » (articles 1382 et 1383 du Code civil) en première instance, le 8 juillet 1981, et en appel, le 26 avril 1983, mais, dans les deux cas, les juges ont refusé de parler de « falsification de l’histoire » et – le fait allait jeter la consternation chez mes adversaires – la cour d’appel est allée jusqu’à rendre un hommage appuyé à la qualité de mon travail sur « le problème des chambres à gaz », qui était, je vous le rappelle, le point central de mes recherches. Elle a prononcé que dans mon travail sur le sujet elle n’avait découvert trace 1) ni de légèreté, 2) ni de négligence, 3) ni d’ignorance délibérée, 4) ni de mensonge et 5) qu’en conséquence tout le monde devait avoir désormais le droit de dire, comme je le faisais, que les chambres à gaz en question n’avaient jamais existé. Mais la cour n’a pas eu le courage d’aller plus loin et, afin de me condamner [ainsi que l’exigeaient l’esprit du temps et toute une meute de justiciers], elle a cru devoir déclarer qu’au fond j’avais tout de même fait preuve de... malveillance [à l’endroit des juifs] !

Vous trouverez tout cela et d’autres détails instructifs dans un opuscule que j’ai publié en 1983, sous mon nom de plume, J[essie] Aitken (prénom et nom de ma mère, qui était Ecossaise) et sous le titre d’ Epilogue judiciaire de l’affaire Faurisson.

 Quelques observations complémentaires me paraissent ici nécessaires :

1) Rendant compte de l’arrêt du 26 avril 1983, le journal Le Monde en a froidement escamoté deux points essentiels : il a passé sous silence l’hommage que la cour avait rendu à la qualité de mon travail ainsi que l’autorisation accordée à tous les Français de dire que les chambres à gaz en question n’avaient jamais existé ; j’ai exigé du journal la publication d’un texte en droit de réponse et je l’ai heureusement obtenue ;

2) Par la suite, le fameux Recueil Dalloz-Sirey, sous la plume de Bernard Edelmann, juif, a publié sur cet arrêt un compte rendu totalement fallacieux ; j’ai obtenu la condamnation dudit recueil, lequel, en fin de compte, a perdu sa cause, successivement, en première instance, en appel et en cassation ; je me demande si ce n’est pas, dans toute son histoire, la première et la dernière fois que le vénérable recueil a souffert pareille humiliation ;

3) L’un de mes adversaires les plus résolus, le professeur Pierre Vidal-Naquet, juif, s’est vu contraint d’écrire : « La répression judiciaire [contre les révisionnistes] est une arme dangereuse et qui peut se retourner contre ceux qui la manient. Le procès intenté en 1978 [erreur pour : en 1979] à Faurisson par diverses associations antiracistes a abouti à un arrêt de la cour d’appel de Paris en date du 26 avril 1983, qui a reconnu le sérieux du travail de Faurisson, ce qui est un comble, et ne l’a en somme condamné que pour avoir agi avec malveillance en résumant ses thèses en slogans » (Les Assassins de la mémoire, Paris, La Découverte, 1987, p. 182) ;

4) Un autre de mes plus farouches adversaires, le professeur Georges Wellers, juif, avait, de son côté, écrit : « Faurisson a été jugé deux fois [en première instance et en appel]. Mais, en France, le tribunal n’est pas qualifié pour se prononcer sur l’existence des chambres à gaz. Cependant il peut se prononcer sur la façon dont les choses sont présentées. En appel, la cour a reconnu qu’il s’était bien documenté. Ce qui est faux. C’est étonnant que la cour ait marché » (Le Droit de vivre, organe de la LIC(R)A, juin/juillet 1983, p. 47) ;

5) Alarmés par leur échec dans ce cas précis et dans quelques autres procès de même nature, les responsables juifs ont, pendant des années, cherché la parade. C’est seulement en 1986 que P. Vidal-Naquet et ses amis, réunis autour du Grand Rabbin René-Samuel Sirat, ont trouvé la solution : selon eux, il fallait créer une loi spécifique faisant obligation aux magistrats de condamner l’expression du révisionnisme historique [appelé « contestation de crimes contre l’humanité »]. Passant un marché avec le Parti communiste, Laurent Fabius, juif, président de l’Assemblée nationale, a obtenu le vote de cette loi grâce à une cynique manipulation de l’affaire du cimetière de Carpentras où son collègue Pierre Joxe, ministre de l’Intérieur et juif, lui aussi, a eu sa part ; l’invention du « manche de parasol dans l’anus d’un cadavre déterré », c’est à L. Fabius que nous la devons. La loi en question, appelée « loi Gayssot » ou « loi Fabius-Gayssot », ou encore « loi Faurisson » (!) est du 13 juillet 1990. Le lendemain, jour de la fête nationale, elle était publiée dans le Journal officiel de la République française / Lois et décrets aux pages 8333-8334, sous la signature de François Mitterrand ; huit pages plus loin était annoncée la nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur de « M. Vidal-Naquet (Pierre), historien ; 35 ans d’activités littéraires », et cela sur proposition de Jack Lang, juif, ministre de la Culture ;

6) Les nombreux procès qui m’ont ensuite valu de comparaître devant un tribunal ou devant une cour d’appel, en qualité soit d’accusé, soit de plaignant (par exemple, pour avoir été diffamé) ont eu valeur de confirmation. Mes adversaires ne se sont plus guère risqués à essayer de prouver que j’étais un « faussaire ». Ils se sont simplement répandus en outrages, insultes, injures, mensonges, ressassant des accusations d’antisémitisme ou de nazisme, ou bien ils se sont livrés à des manœuvres dilatoires, à des expédients de prétoire ou encore à de grotesques mises en scène. A ce titre, le procès qu’il m’a fallu intenter à Robert Badinter en 2007 a été un modèle du genre. Ancien ministre de la Justice, R. Badinter, juif, avait eu l’aplomb de déclarer le 11 novembre 2006 sur ARTE : « [En juillet 1981, juste avant de devenir ministre,] j’ai fait condamner Faurisson pour être un faussaire de l’histoire. » Froid mensonge. Jamais de ma vie je n’ai été condamné pour être un faussaire de l’histoire et surtout pas, comme je vous l’ai montré, en juillet 1981 par le tribunal de grande instance de Paris et, encore moins, dans la même affaire, par la cour d’appel de Paris, le 26 avril 1983. R. Badinter était d’autant moins excusable de proférer ce mensonge qu’en 1981 il avait en personne plaidé contre moi, réclamant avec fièvre ma condamnation pour « dommage par falsification de l’histoire ». Si donc quelqu’un était payé pour savoir que tribunal et cour avaient refusé de le suivre, c’était bien notre homme. Et maintenant, écoutez la suite : le 21 mai 2007, le même tribunal de Paris prononçait que R. Badinter avait « échoué en son offre de preuve ». Autrement dit, le personnage avait été incapable de prouver qu’il m’avait fait condamner pour être un faussaire de l’histoire. Et pour cause ! Le camouflet était humiliant : un ancien ministre de la Justice s’était donc rendu coupable de diffamation publique. Il avait proféré un double mensonge : il avait traité un révisionniste de « faussaire » et il avait affirmé qu’un tribunal lui avait donné raison sur ce point. Mais, rassurez-vous, le tribunal, présidé par Nicolas Bonnal, un magistrat qui avait, aux frais du contribuable, suivi un stage spécial d’information sur la Shoah, stage organisé par le tout-puissant Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et par le Centre Simon Wiesenthal de Paris, a passé l’éponge : en fin de compte, le tribunal a conclu que R. Badinter avait certes échoué en son offre de preuve et qu’il m’avait donc diffamé mais... de bonne foi ! Et c’est ainsi que je me suis retrouvé condamné au versement de 5 000 € au bénéfice de mon diffamateur. Les médias, à commencer par Le Monde, ont rapporté la nouvelle de sorte que tout lecteur moyen a cru comprendre que R. Badinter avait fourni la preuve de son allégation et s’était vu confirmer par un tribunal que Faurisson était un faussaire de l’histoire, déjà condamné en tant que tel par le passé. La réalité était bien différente et pouvait se résumer ainsi : « Robert Badinter n’a pas réussi à prouver qu’il avait fait condamner Robert Faurisson pour être un faussaire de l’histoire ; il a donc diffamé ce dernier mais... de bonne foi. »

Bien à vous.      Robert Faurisson


A commander à Akribeia, 45/3, Route de Vourles, 69230 SAINT GENIS LAVAL :

° Jessie Aitken, Epilogue judiciaire de l’affaire Faurisson, Paris, La Vieille Taupe, 1983, 32 p, broché, 4 €. Contient le texte intégral de l’arrêt du 26 avril 1983 de la cour d’appel de Paris rendu dans l’un des procès Faurisson.

° Eric Delcroix, La Police de la pensée contre le révisionnisme. Du jugement de Nuremberg à la loi Fabius-Gayssot, Rome, La Sfinge, 2006 [1994], 115 p., 15 €. Contient de nombreuses précisions sur les procès intentés aux révisionnistes.

[Frais de port pour un ouvrage : 5 € ; pour les deux : 6,50 € ; pour un envoi recommandé, ajouter 4 €.]

15 novembre 2010

Saturday, November 6, 2010

Konk : son dessin de la baudruche et de la pique


Les maîtres du Grand Mensonge s’alarment. Autrefois ils n’affichaient que mépris pour ces révisionnistes qu’ils se permettaient d’appeler des « négateurs ». Aujourd’hui ils multiplient les appels à la mobilisation contre ces mêmes révisionnistes. Ils alertent l’ONU, l’UNESCO, le président des Etats-Unis, le Pape, l’Union européenne, les responsables de tous les Etats du monde occidental et même les dirigeants d’autres pays encore. Il faut les comprendre : ils vivent dans la hantise de voir et d’entendre un jour prochain éclater l’énorme baudruche au centre de laquelle s’inscrit depuis 65 ans « la magique chambre à gaz ». L’expression est de Louis-Ferdinand Céline qui, dès 1950, à la lecture de Paul Rassinier, avait compris que le sujet était « de la dynamite » car, écrivait-il à son ami Albert Paraz, « C’était tout la chambre à gaz ! Ça permettait TOUT ! ».

Konk : son dessin de la baudruche et de la pique



Au centre, une « chambre à gaz » représentée sous la forme d’une baudruche ; bien ronde,  elle n’est que vide et vent. Elle respire la satisfaction. Elle est sûre d’elle-même et dominatrice. Elle occupe tout l’espace. Qui oserait dire qu’elle n’existe pas ?
Pourtant, elle n’est pas seule. En haut et à droite, une main surgie de nulle part, discrète, osseuse, précautionneuse et réduite à trois doigts, tient une modeste pique, rigide et maigre. La pique est à moins d’un centimètre de la baudruche. Il est manifeste qu’elle en approche avec l’intention de piquer l’arrogante.
Elle va sceller le sort de la baudruche. « Mané, Thecel, Phares. Ton règne est fini ; tu as été trouvée trop légère dans la balance » (Daniel, 5, 26-27).
La baudruche, qu’on nous a si obstinément gonflée et regonflée, va éclater. L’assistance, elle aussi, éclatera. Pour le petit nombre des illusionnistes, ce sera en larmes et en invectives ; pour le plus grand nombre des spectateurs, ce sera de rire et de soulagement.
Un coup de balai et la crevure finira dans les poubelles de l’histoire.

                                 Robert Faurisson, 6 novembre 2010


Konk: his drawing of the big balloon and the pin


The masters of the Great Lie are becoming alarmed. They used to show only contempt for the revisionists, whom they took the liberty of calling “deniers”. Today they are making more and more calls for a mobilization against those same revisionists, alerting the UN, UNESCO, the president of the United States, the Pope, the European Union, the persons in charge of all the States of the Western world and even those of some non-Western countries. And one has to understand them: they live in dread of the day to come when they will see and hear their huge balloon burst, the balloon that for 65 years has held within it “the magical gas chamber”. The expression is Louis-Ferdinand Céline’s who, in 1950, upon reading Paul Rassinier, understood that the subject was “dynamite”, for – as he wrote to his friend Albert Paraz – “It was everything, the gas chamber! It permitted EVERYTHING!”.   




At the centre, a “gas chamber” represented in the form of a big balloon; good and round, it is but emptiness and air. It exudes satisfaction. It is sure of itself and domineering. It takes up all the space. Who would dare to say that it did not exist?
However, it is not alone. Above to the right, a hand, appearing out of nowhere, simple, bony, careful and reduced to three fingers, holds a plain pin, rigid and sheer. The pin is less than half an inch from the balloon. The hand is obviously approaching with the intent to prick the arrogant thing.
It is about to seal the balloon’s fate. “‘Mene, Tekel, Peres’: God hath numbered thy kingdom, and finished it. Thou art weighed in the balances, and art found wanting” (Daniel, 5, 25-27).
The balloon, which has been pumped up for us again and again with such obstinacy, is going to burst. Those watching will burst as well. For the small number of illusionists amongst them, it will be a bursting into tears and invective; for most, it will be into laughter, and with relief.
One sweep of a broom and the bit of litter left will end up in the rubbish bins of history.
                                            
                                               November 6, 2010 

Friday, November 5, 2010

Avec Paul-Eric Blanrue, contre la loi Gayssot et pour Vincent Reynouard


It’s wrong when we are denied the right to challenge common beliefs or culture, especially when everyone knows that the books are written by the victors. It doesn’t stem from hate to say « I don’t believe » whatever. This anti free speech stuff always irks me. This is nothing like a call to violent action even. (Steve Wozniak)


« Il est injuste qu’on nous dénie le droit de contester des croyances courantes, ou la culture dominante, surtout quand chacun sait que les livres sont écrits par les vainqueurs. En quelque matière que ce soit, il n’y a nulle haine à dire : ‘Je ne crois pas’. Ces trucs anti liberté de parole m’agacent toujours. Ceci [les activités réprimées par la loi en France] n’a même rien d’un appel à l’action violente. »

C’est en ces termes que Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple Computers (voyez sa biographie à <http://fr.wikipedia.org/wiki/Steve_Wozniak>), a commenté sa signature d’une pétition lancée en France par l’historien Paul-Eric Blanrue contre la loi Gayssot et en faveur de Vincent Reynouard. La loi Gayssot, qui date du 13 juillet 1990, interdit la diffusion du révisionnisme historique sous peine de prison et d’amende. Sur le fondement de cette loi, Vincent Reynouard, 41 ans, père de huit enfants, a été condamné à un an de prison ferme et à verser environ 70 000 € pour avoir écrit une brochure de 16 pages intitulée Holocauste ? Ce que l'on vous cache... (consultable à <http://balder.org/judea/pdf/Vincent-Reynouard-Holocauste-Ce-Que-Lon-Vous-Cache.pdf>). A la demande des autorités françaises usant du  « mandat d’arrêt européen », il a été arrêté par la police belge à Bruxelles, où il vivait avec sa famille, emprisonné en Belgique pendant plus de cinquante jours et finalement extradé vers la France. Il est incarcéré dans le nord de la France, à Valenciennes. Et dans tout le monde occidental, les grands médias passent sous silence le fait qu’en France un honnête homme, père de huit enfants, est en prison pour un an et devra verser 70 000 € parce qu’il a produit un écrit de seize pages.

Pour sa part, Noam Chomsky s’est prononcé dans une lettre contre la loi Gayssot et pour la défense de Vincent Reynouard. Vous trouverez sa lettre et le texte de la pétition à  <http://abrogeonslaloigayssot.blogspot.com>. Actuellement, les signataires de la pétition  sont au nombre de mille. 

Je vous invite à joindre votre signature à la leur en envoyant un message à l’adresse suivante : <eugenie.blanrue@laposte.net>. Vous voudrez bien indiquer votre lieu de résidence et, si vous le souhaitez, votre profession.

Merci.

Bien à vous.  

Robert Faurisson (5 novembre 2010)